Eco-Responsable

LE LPM DE NANTES :

UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE

Etablissement-eco-responsable

Raison de l’engagement du Lycée Maritime

Cette réflexion sur le Développement Durable s’inscrit dans les objectifs de l’Agenda 21 traitant de la réduction des gaz à effet de serre et la consommation énergétique, notamment électrique. Le Grenelle de la mer et les sollicitations de la région ont motivé l’établissement pour structurer et nommer des actions déjà engagées. Cette approche de l’environnement n’est pas nouvelle pour le lycée, elle relevait du « bon sens ». Maintenant elle porte un nom : « éco-responsabilité ».

Les objectifs

Nous nous attachons à rendre les projets : réalisables, centrés sur les élèves, acceptables par l’ensemble de l’établissement, viables dans le temps, financièrement raisonnables, qui peuvent être validés par le CA.

Caractéristiques des projets : privilégier les efforts de chacun, faire preuve de traçabilité grâce à l’écrit (ex : démarche qualité), être bien impliqués dans les enseignements, associer les partenaires du milieu maritime, du Conseil Régional et de la Ville de Nantes.

Les projets visent : la sensibilisation des élèves à des modes de vie éco-responsables en milieu scolaire, familial et professionnel.

Le fonctionnement

La mise en place de cette réflexion sur le développement durable s’appuie sur deux volontaires : Luc Bonnet et Loïc Coste. Mais elle fait bien sûr appel à l’ensemble de l’établissement. Chaque élève et membre du personnel a un rôle et un impact sur son entourage et son environnement. Nous sommes donc tous considérés comme des « éco-acteurs » !

    Les missions que se fixe l’établissement sont les suivantes :

    – l’organisation de thématiques par filières

    – la mise en avant de projets concrets

    – la fixation d’objectifs en respectant les échéances posées

    – le développement des partenariats locaux au sein du milieu maritime

Les orientations choisies par domaines sont les suivantes

Énergie :

    – développement des énergies renouvelables, ex : rechargement du parc de batteries des ateliers avec une éolienne et un panneau solaire.

    – diminution des consommations par des réflexes simples, ex : établissement avec la participation des élèves d’une charte des gestes simples et durables pour diminuer la consommation des fluides au sein du lycée.

    – réflexion sur les futurs ateliers HQE.

Ressources Naturelles :

    – aborder la sélectivité avec la filière pêche pour une pêche durable (partenariat IFREMER Lorient), ex : visite de la base Ifremer d’essais des engins de pêche de Lorient.

    – aborder les nouvelles énergies pour la propulsion des navires : projet hydrogène qui peut être intégré dans le cadre des projets pluridisciplinaires (partenariat Réseau d’Information et de Conseil en Economie des Pêches de la Faculté des Sciences de Nantes).

    – aborder les enjeux de la prévention des pollutions (partenariat avec les Affaires Maritimes et en particulier Monsieur Tertrin, responsable du service des gens de mer de la DIRM NAMO) ainsi que des travaux pratiques sur l’impact des polluants sur des marqueurs biologiques à l’Aquarium de la Rochelle.

    – réduire la consommation d’eau et des produits phytosanitaires, ex : mise en place de récupérateurs d’eau pour le lavage des véhicules de l’école.

Déchets :

    – optimiser la collecte sélective dans l’établissement, ex : mise en place de deux sacs sur une même poubelle, visite de la station de tri Véolia.

    – diminuer la consommation de papier, ex : mise en place dans chaque classe d’un carton d’emballage des ramettes pour collecter toutes les feuilles non utilisées, mise en place près de la photocopieuse d’une poubelle spéciale papier avec un couvercle en fente afin de limiter les étourderies.

    – Facilitation de la circulation dans l’établissement avec la mise en place de roches avec l’aide des élèves pour éviter le stationnement sur le haricot.

Déplacement :

    – favoriser les déplacements à vélo pour rejoindre l’établissement en améliorant les équipements, ex : mise en place d’un parking à vélo plus proche des installations et couvert.

    – bourse au covoiturage, ex : mise en place d’un tableau de demandes et d’offres de covoiturage au niveau de la Vie Scolaire.

Alimentation :

    – favoriser les achats de production proches ou issus de l’agriculture raisonnée, ex : prise de contact avec les représentants de la communauté urbaine travaillant dans ce sens.

    – composter les épluchures de légumes avec les résidus de coupe de gazon afin de disposer d’une année sur l’autre d’engrais et de diminuer ainsi les déchets non valorisés.

Bien-être : ne pas attendre quinze minutes sous la pluie avant de manger, mise en place d’une ombrelle devant l’entrée de la cantine.

Biodiversité : on peut imaginer des arbres pour faire de l’ombre aux voitures l’été. On peut favoriser l’installation des passereaux dans les arbres du lycée en installant des nichoirs.

Ethique : sensibiliser les élèves aux gestes simples à effectuer chez soi pour limiter leurs consommations de fluides, ex : mise en place d’un questionnaire avec études des progrès réalisés dans le temps par les élèves : éclairage économique, chasse d’eau deux positions, brossage de dents sans regarder couler l’eau.

Conclusion

Le développement durable peut permettre au lycée de faire des économies, mais également d’affirmer son éco-responsabilité, problématique bientôt incontournable dans le domaine de l’enseignement.

Pour l’instant, cela relève du volontariat. Cette approche va demander du temps et parfois des investissements. Le choix doit donc être effectué en toute clarté et avec l’ensemble de l’établissement  afin de ne pas être perçu comme une simple marotte d’écolo ou une nouvelle mode étatique.